vendredi 17 février 2012

Le jardinier et la citrouille

Le jardinier et la citrouille

Un jardinier s’affaire au potager. Entre les poireaux, les carottes et les choux fleurs, trône une énorme citrouille.
Grosse, bien orange, elle arbore fièrement une petite houppette verte, relié à une grosse tige qui se perd bien profond dans la terre nourricière.
C’est la fin de l’été, le jardinier à fort à faire encore, il reste quelques fleurs qui mélangent leurs couleurs lumineuses au vert des légumes. Il n’oublie jamais non plus d’arroser tout ce beau monde, car il sait que sans eau la vie ne dure pas bien longtemps. Alors chaque jour, le même rituel. Le remplissage de l’arrosoir, pour baigner chaque parcelle de terre du précieux liquide.
Il travaille dur le jardinier et ses légumes le lui rendent bien. Ce sont eux les plus beaux de tout le village.
Il faut le voir, quand, une fois par semaine il traverse la place qui le mène chez lui, en portant fièrement sous le bras son panier de légumes. Personne ne peut l’ignorer. La tête haute, un sourire radieux et fier, mine de rien, il salue chaque personne qui le croise.
Mais sa plus grande renommée lui vient d’autre chose. J’y reviendrai plus tard…

Chaque année, dans le petit village, il y a un concours. Le concours de la plus belle citrouille du village. Pas forcément la plus grosse, mais celle qui aura la plus belle couleur, orange bien vif de préférence, la plus brillante.

Celle qui gagnera aura le grand honneur de trôner sur un beau socle au milieu de la fontaine de l’unique place du petit bourg.

La gagnante, aura le suprême honneur de se voir ouvrir le ventre pour en tirer la chaire sucrée. On en fera une bonne soupe pour la soirée tant attendue. La soirée d’Halloween bien sûr.
Ensuite, après avoir dégusté ce mets succulent, munis à nouveau d’un couteau bien aiguisé, les villageois lui inventeront une large bouche déformée, un nez triangle, et deux gros yeux dominés par de larges sourcils.
A l’intérieur, il y déposeront une bougie et refermeront le couvercle.

Voilà donc ce qui rend tellement connu le jardinier. Car depuis bien des année, c’est lui qui remporte le concours de la plus belle citrouille d’Halloween. l’an dernier, un peintre de la ville voisine est même venu pour immortaliser l’homme et son légume si connus. Ils arborent désormais le mur d’une galerie d’art. Vous imaginez bien la fierté du jardinier, qui de sa vie n’a jamais rien su faire d’autre que de cultiver la terre.

Cette année, la concurrence est rude, car tous les habitants s’y sont mis pour le vaincre.
Mais lui n’a pas peur. Il sait que cette fois encore sa citrouille sera la plus jolie, car il a un secret que jamais il n’a révélé à personne.

Voici donc le jour tant attendu. Des citrouilles il y en a plein la place du village. Le maire et ses adjoints sont rassemblés pour décider laquelle cette année aura le bonheur de trôner au dessus de la fontaine du centre. Le verdict est long et difficile. Ils hésitent un moment entre deux magnifiques spécimens. Le nom du propriétaire est caché sous chacune d’entre elles, pour ne pas influencer leur jugement évidemment.
Cette fois, ils sont bien d’accord et votent à l’unanimité pour celle de droite. Ils soulèvent le légume et annoncent le nom du vainqueur.
Toujours le même !
Le jardinier et son légume sont applaudis.
On prépare la citrouille, allume la bougie et elle prend sa place sur le trône qui lui est réservé pour la soirée.
Les flammes dansent, tournoient au gré du vent, semblent s’amuser. le spectacle est étrange et très joli.

Je le connais moi le secret du jardinier.
Pour toute chose, il faut de l’amour ! ainsi le jardinier qui donne son temps, sa sueur et surtout son cœur à l’ouvrage, obtient l’unique récompense. Celle d’un travail réussi.

Alors n’oubliez pas, si vous voulez gagner, dans n’importe quel domaine, mettez-y votre cœur, soyez patient et n’ayez pas peur de ne pas être à la hauteur. Le travail bien fait mérite toujours une récompense, surtout s’il est fait avec amour.

FIN

Annaïck

Posté par annaick56 à 16:45 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


LES TAUPES

LES TAUPES


C’est l’histoire d’une taupe qui s’amuse beaucoup dans le jardin d’une très jolie maison de campagne.
C’est une maison entourée de champs, de prés et de bois. Toute en pierres, le toit ardoisée comme on le fait en Bretagne, de larges baies côté sud pour laisser entrer le soleil tellement désiré et une très belle vue sur la campagne.
Enfin bon ! comme vous le voyez, tout y est beau, calme et serein.
Tout sauf dans le jardin.
Une taupe et sa famille, très nombreuse, ont décidé de jouer à cache-cache dans le jardin paisible de cette maison.
Chaque soir, le père de famille ramasse soigneusement chaque petit monticule, qui entre nous sont souvent de très gros monticules. Il rage, il grogne, il peste contre cette taupe qui ne finit jamais de creuser toujours là où il ne faut pas évidemment.

Et chaque matin, au réveil, le constat est le même. La taupe est toujours dans le jardin.
D’ailleurs, on dirait un champ de mines tant il y a de petites montagnes de terre éparpillées partout sur la pelouse.

Durant la nuit, les taupes s’en sont données à cœur joie. Elles ont joué sans s’arrêter une seconde. Toute la famille s’y est mise. C’est à qui fera la plus haute « taupinière ». même les cousins qui habituellement vivent chez les voisins, sont venus faire la fête aussi.
De vraies pelleteuses se sont mises en route, et rien pour les arrêter. La vie au-dessus, la nuit, s’arrête, chez les humains en tous cas, mais sous terre, la nuit c’est étonnant ce qui s’y passe.
On s’active dans tous les sens. Il y a les taupes pour creuser, et celles pour déblayer, et aussi celles qui lissent la galeries, et enfin celles qui rejettent la terre au-dessus, sans laisser passer l’air surtout, car les taupes n’aiment pas les courants d’air.
Enfin bon ! du travail là-dessous, il y en a pour tout le monde !
Sans oublier tous ces enfants qui s’amusent à cache-cache, au loup ou encore aux billes. Et oui même les taupes jouent aux billes comme les petits garçons ! Mais ce sont de toutes petites billes de terre bien tassées qu’elles font rouler.

Enfin ! toute la nuit, un brouhaha épouvantable est sorti de toutes ces galeries, mais personne ne s’en est rendu compte car dans la maison bien close, la famille dormait. Et avec les ronflements du papa, impossible d’entendre ce qui se passe dehors.

Mais au réveil ! aie ouille, c’est la catastrophe !

Comment faire pour réparer les dégâts, sans pour autant faire de mal à ces petites bêtes de velours noir ?

Pour le chef de famille rien est simple. Il a déjà essayé tant de choses pour s’en débarrasser que là, vraiment il n’a plus d’espoir. l’idée vient des 2 enfants, (les enfants sont souvent très futés et ils ont toujours de bonnes idées n’est-ce pas ?)

Et bien voilà : les taupes n’aiment pas la lumière, donc tout simplement cet après-midi, nous installerons une guirlande de lumière, une belle guirlande de Noël de mille couleurs, à l’entrée de chaque galerie et ce soir, dès la nuit tombée, nous l’allumerons, ainsi quand les taupes se mettront à l’ouvrage, elles auront très mal aux yeux, ne pourront travailler chez nous, et s’en iront « voir ailleurs », dans un autre jardin mal éclairé.
Ce qui fut dit, fut fait. Et toute la nuit, on entendit des aie ! hé ! brrr ! aie ! aie ! aie ! mais le lendemain quand les enfants allèrent voir le jardin, quelle ne fut pas leur surprise de voir que rien, rien avait bougé. Pas de motte de terre, juste la guirlande encore chaude d’avoir éclairé toute la nuit.
Quel bonheur pour le papa, qui ne manqua pas de récompenser ses deux mignons, d’avoir tant d’imagination.
Depuis ce jour-là, ou plutôt cette nuit magique, les taupes ne sont jamais revenues, sauf peut-être une fois ou deux, juste pour voir si par hasard, leur ancien terrain de jeux ne brillait plus de mille couleurs étincelantes. Mais les lumières qui brûlent les yeux sont toujours là, et la toute petite queue entre les jambes, les taupes s’en retournent, sans faire de bruit dans le jardin d’à côté où elles peuvent faire la « java » autant qu’elles veulent puisque c’est un champ immense un champ rien que pour elles.

Moralité : il y a toujours un endroit où l’on peut faire ce qu’on veut sans déranger personne. Il suffit de regarder autour de soi. Mais surtout n’allez jamais faire chez vos voisins ceux que vous ne voudriez pas que l’on fasse chez vous.
C’est une des règles de savoir vivre à ne pas oublier.


FIN

ANNAICK

Posté par annaick56 à 16:38 - - Permalien [#]
Tags : , ,