vendredi 17 février 2012

Le Fantôme

Le fantôme

L’histoire se passe dans un grand manoir, en Bretagne. Voilà déjà bien longtemps que les murs épais en pierre sont recouverts de lierre. Le toit jadis en chaume ne ressemble plus à rien. Quelques énormes trous laissent passer la pluie les jours humides d’hiver.
Les volets en bois battent au vent, plus rien ne les retient.
Les ronces ont eu raison des rosiers et les orties du potager.
La grande grille en fer forgé est désormais rouillée. Assurément, plus personne ne vit ici depuis bien longtemps.
Seuls quelques rats, souris, pigeons, lapins, se retrouvent en ce lieu paisible, rien ne les dérangent à part le souffle de la petite bise du printemps.

La nuit, pourtant, on entend des bruits étranges. Des plaintes, le cliquetis de chaînes semblent venir de l’intérieur de la demeure.
Tout doucement, sans faire de bruit, je pousse la lourde porte. C’est difficile, car elle est bloquée par le temps.
J’entre pourtant sans peur. J’ai l’impression de connaître les lieux. Tout me semble familier. Dans le vestibule de grandes toiles, représentant une famille on dirait. Un couple se regarde tendrement et sur les genoux de la femme, un enfant aux boucles blondes. Le tableau semble aussi âgé que le manoir. Partout des toiles d’araignées, je continue la visite par la salle à manger où dans la cheminée je constate qu’il y a encore des bûches noircies mais pas consumées.

Encore cette plainte. Brrrrrrr ! Le cliquetis des chaînes me donne des frissons. Cela vient d’en haut.
Il faut que je sache ce qui se passe ici. Je prends mon courage, et je monte l’escalier en faisant bien attention aux marches en bois qui ne sont plus que poussière pour la plupart. Je visite chaque pièce de l’étage, sans rien y trouver d’anormal, jusqu’au moment ou je pousse la porte d’une chambre.
C’est merveilleux. La pièce contrairement aux autres est propre, bien rangée, comme si le temps ici n’était pas passé. Tout est intact. C’est une chambre d’enfant, avec des jouets anciens mais tout neufs.
Il y a aussi un cheval à bascule. Il est tellement beau que je m’approche de l’objet sacré à mes yeux.

Le cheval se met à basculer doucement, lentement, comme magnétisé par je ne sais quoi ! Je m’approche encore, encore et encore. Je m’assoie pour mieux contempler le mystérieux phénomène. C’est ainsi que petit à petit se dessine sur le cheval, l’ombre d’un petit enfant. Quelques instants plus tard, je le vois aussi bien que tout ce qui m’entoure. C’est un fantôme je le sais bien mais étrangement je n’ai pas peur de lui. Il n’a pas l’air méchant, simplement malheureux. Il semble avoir besoin d’aide.
Alors je commence à lui parler, le rassurer, le consoler. Il se livre à moi aussi, m’apprend que ses parents sont partis sans lui dans l’au-delà. Il ne sait pas comment les rejoindre, que quelque chose le retient ici, qu’il n’arrive pas à quitter sa chambre d’enfant. Alors chaque nuit, il pleure, et agite la chaîne qui le retient au cheval de bois.

Et bien voilà, lui dis-je, voilà la raison pour laquelle tu ne peux rejoindre tes parents. Tu aime tellement ton cheval à bascule que te voilà prisonnier de ton amour pour lui. Il te faut le quitter pour retrouver ton papa et ta maman. Lève-toi, laisse-le, et tu verras, si tu arrives à lui dire au revoir sans verser une larme, eh bien tu retrouveras tes parents.
L’enfant se lève mais encore sa chaîne le retient. Je l’encourage, il lui faut du courage, ce cheval il l’a depuis sa plus tendre enfance, alors c’est dur pour lui vous l’imaginez bien !
Il embrasse son cheval, le prend par le cou et puis se décide. Il lâche le jouet, semble s’effacer, devient transparent. Je ne devine plus qu’une forme, comme un petit nuage.
Mais quelle ne fut pas ma surprise quand il me semble aussi apercevoir deux autre nuages. Un peu plus grands ceux là. Ho là là ! quel bonheur !
Le petit a retrouvé ses parents. Je les observe silencieusement, heureuse de les voir s’embrasser, se serrer fort dans les bras, il semble différent le petit. Tellement heureux d’avoir retrouvé sa maman, son papa.

Je les vois tous les 3 s’éloigner dans l’infini. Il me sourit, me fait un signe de main et pour me remercier une boucle blonde tombe sur le sol, près de moi. Je ne les vois plus, ils sont partis, rassemblés pour l’éternité.

La chambre devient poussiéreuse, les toiles d’araignée envahissent le plafond.
Seul le petit cheval de bois reste impeccable. Je le prends dans mes bras, je suis heureuse. Le voilà le vrai cadeau, je le garderai et, à mon tour, l’offrirai à mon enfant.

FIN

Annaïck

Posté par annaick56 à 15:42 - - Permalien [#]
Tags : , ,