Ce ne sont pas des poèmes pour les enfants
mercredi 13 septembre 2017

VOILA LES PARISIENS ! (à tata Jeanne et tonton Noré)

Nous étions quatre ce jour là

A scruter les alentours

Nous le savions depuis la veille déjà

Que c'était le grand jour

Qu'enfin ils arrivaient !

 

Nous étions quatre à avoir mal dormi

Armés de papier, de stylos

Dès le sauté du lit

Nous étions là, comme des dactylos

Au bord de la route

A noter les immatriculations

Des voitures de touristes en déroute

Passant devant notre grande maison

 

Nous étions quatre à patienter

A donner des "bonjours" des "coucous"

A ces centaines de nouveaux venus étonnés

De voir ces quatre enfants au garde à vous !

 

Ils n'arrivaient qu'en soirée

Mais nous, les quatre, espérions un peu plus tôt

Sur l'heure nous avions tous parié

Nous voulions que ce soit bientôt

 

Seule la faim nous délogeait

De notre poste d'observation

Le repas était vite avalé, nous étions distrait

Du reste autour, nous avions fait abstraction

Il ne fallait surtout pas manquer leur arrivée !

 

Quand le soleil commençait à baisser, à rougir

Sans doute avions nous perdu un peu d'espoir

Et s'ils ne venaient pas pour finit ?

Et s'ils n'arrivaient que très tard ce soir ?

 

Nous étions quatre ce jour là

Nien décidés à les accueillir comme il se doit

Et ... quand enfin, comme un mirage, dans un éclat

La voiture "75" couleur vert d'eau, s'approcha

Nous étions quatre à crier tous en coeur

LES VOILA, LES VOILA !

LES PARISIENS SONT LA !

L'été enfin était là !

Posté par annaick56 à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


C'EST QUOI L'AMOUR ?

Dis maman, c'est quoi l'amour ?

L'amour c'est toi mon enfant

L'amour c'est ton regard de velours

Sur ce monde parfois si violent

 

Cet homme là-bas, assis dans l'ombre

Quémande" ton réconfort

Son coeur pourtant n'est pas si sombre

Il ne contient que du malheur

Mais il est si fort

Qu'il trouve en la misère tout l'or du bonheur

 

Regarde ce jardin, mon enfant

il ne contient que de l'amour

Ses fleurs dégagent leur parfum odorant

Tandis que sur un banc s'enlacent les amours

Son chêne centenaire offre bien souvent

Protection et abris aux oiseaux sous la pluie tremblants

 

Plus loin mon enfant

Au-delà des montagnes et des vertes campagnes

Il y a l'océan,n si bleu, si grand

Parfois violent quand l'ouragan le change en bagne

Retrouve sa gaieté au chant du cormoran

 

Mais l'amour mon enfant...

L'amour est si grand ...

L'amour c'est le monde, c'est toi, c'est moi

L'amour c'est cette terre toujours en émoi

L'amour est en toi mon enfant

Il te suffit de' l'offrir à tout vent

Pour le découvrir un peu plus à chaque fois

 

Comptes jusqu'à trois

Et regardes autour de toi

L'amour partout est là...

Ne l'oublie pas !

Posté par annaick56 à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 8 septembre 2017

SERIAL HACKER (A Aline)

Aujourd'hui l'homme de l'ombre

Tu recherches une proie

Une femme qui n'est pas aux abois

Pour égayer tes nuits sombres

Faire peur t'xcites bien plus que l'amour

Puisque tu n'as jamais aimé

Tu ne sais pas séduire, mais harceler

Afin d'assouvir tes envies sans humour

 

Jeune femme fragile, insouciante, confiante

Elle ouvre son coeur sans se soucier de demain

La femme n'imagine pas se dessiner le piège assassin

Elle écoute les paroles afriolantes

Sans deviner que déjà, il est là, il l'épie

Entré par effraction dans son ordinateur

Désormais il va lui faire peur

Car d'elle, il sait presque tout aujourd'hui

 

Le manipulateur peu commencer à jouer

Dans la rue, la suivre, mais pas trop près

Sur internet, il la menace, la terrorise exprès

Sa partie est commencée

La belleface à lui est désarmée, dénudée

Il lui envoie une lettre arrogante, ignoble

Cez cet homme aucun sentiments noble

Il se déteste et sa haine demain le fera chuter

 

Sérial hacker crève avec ta rancoeur

Qui jamais je fera ton bonheur

Dans ta bave empoisonnée, va te noyer

Satan ne veut pas de toi sur son bûcher

Dieu ne pardonnera pas tes pêchers

Banni du paradis, de l'enfer, personne ne veut de toi

Sérial hacker fouille dans les ordures de ton coeur

Dîne avec la haine ta grande soeur

Sérial hacker tu ne lui fait plus peur !

Posté par annaick56 à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

TIC TAC

Tic tac, tic tac,

J'ose une sortie aventurière

Je prends une grande bouffée d'air

Je pousse un cri de victoire

Qui restera dans les mémoires

 

Tic tac,tic tac,

Mes premiers pas me mènent à l'aventure

Je n'ai pas fière allure

Je n'ai peur de rien

Maman me donne la main

 

Tic tac, tic tac,

Je ne suis plus un enfant, je suis grand, maman

Tes sermons sont assommants

Je veux partir maman, te quitter

S'il te plait Garde-moi à tes côtés

 

Tic tac, tic tac,

Le travail m'accapare, m'assomme, je rentre tard

Elle arrive de nulle part

Ange le jour, envoûtant démon la nuit

Elle me rend fou après minuit

 

Tic tac, tic tac,

Les cheveux gris sont dans ma vie

Les rides aussi d'avoir trop sourit

Deviennent compagnons de mes jours

Quand la nuit mon amour m'accompagne toujours

 

Tic tac, tic tac,

Qu'ils sont bruyants ces enfants !

Je suis fatigué dorénavant !

Je me souviens de jadis

De ma jeunesse au goût de réglisse

 

Tic tac, tic tac,

Sonne la dernière heure

Tic tac, tic tac,

D'une vie pleine de bonheur

Tic tac, Tic tac,

Je prends une grande bouffée d'air

Tic tac, tic tac,

Je pousse le dernier souffle comme une prière

 

Tic tac, tic tac,

Ainsi va la vie

Tic tac, tic tac,

Trop longue l'attente de demain

Tic tac, tic tac,

Trop courte, hier est déjà partis

Tic tac, tic tac,

Je me repose en croisant les mains

 

Posté par annaick56 à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

jeudi 7 septembre 2017

POURQUOI PAS ?

Pourquoi ne pas le dire ?

Ne reste pas dans l'embarras

Tant que sonne le glas

Cela pourrait être bien pire

 

N'attends pas que refleurisse le lilas

C'est aujourd'hui qu'il faut le dire

Afin que sééchapent les rires

il faut que tu sautes le pa

 

Pourquoi ne pas le faire ?

Tu en meurs d'envie

N'attends pas l'agonie

oublie vite ce goût amer

 

pourquoi ne pas oublier ?

Juste un instant cela suffira

Laisse mûrir en toi l'amnésie

Qui saura te réanimer

 

Pourquoi pas ?

Parce que !

Posté par annaick56 à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


IL COURT TOUJOURS (A Yann et Pat)

Il gravit les montagnes

Jusqu'à en perdre le souffle

il veut échapper à ce bagne

Mais il court toujours

Au delà des vallées

Le souffle est régulier, toujours il court

Il rêve parfois d'abandonner Près de sa belle enfin se coucher

Mais il court toujours

Et se mêt à rêver

A demain quand il va l'embrasser

Sa peau est si douce, il veut lui faire l'amour

Mais il court toujours

Les chemins caillouteux

Ne lui laissent aucun répis

Il en a plein le dos

Mais il court, le valeureux

Quand parfois il s'endort

Sur le chemin bordé de boutons d'or

Un élégant bovin affamé

Le fait fuir, matador apeuré

Pas de repos en ces lieux isolés

Il grimpe, s'agrippe, il a mal aux pieds

Mais il court toujours

En espérant un jour arriver

Il court toujours

Et gravit les cols escarpés

Lorsque enfin il passe l'arrivée

Il jure de ne jamais recommencer

Mais quand il s'est reposé

Il n'aspire qu'à continuer

Il court toujours

Il court

Posté par annaick56 à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 28 juillet 2017

ENFOIRES

C'est l'histoire d'un enfoiré

Qui ne se prenait pas au sérieux

Il faisait rigoler

Même les gens malheureux

 

Un jour, il a crié

Il a crié si fort, il a hurlé

Nous sommes tous des enfoirés !

Allons-nous les laisser creuver ?

Ils ont faim, froid, ils sont si fatigués

ils n'ont aucun toit pour se réchauffer

Nous sommes tous des enfoirés !

 

Crier ne lui suffit pas

Il met alors le branle-bas

Il casse les cadenas

De tous les enfoirés d'ici bas

Et nous somme de vider nos débarras

 

Se met alors en route une machine

Il réussit à créer une cantine

pour la pauvreté citadine

La misère ne sera plus jamais orpheline

 

Il fait appel à ses amis, tous des enfoirés

Des chanteurs, des acteurs, tous bien inspirés

Pour quelques sous ils vont chanter, danser

Ne rien garder tout redistribuer

A ceux qui crèvent dans la rue, les désoeuvrés

 

Nous sommes tous des enfoirés

Que cela ne nous empêche pas d'aimer

Et de tout donner

Amen !

Posté par annaick56 à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 13 juillet 2017

SALE CRABE (à Sabine)

Hors de ma vue

Sale Crabe

Tu détruits tout sur ton passage

Tout en douceur, sans arbitrage

Sans distinction, tu me mets à nu

Sale crabe

 

Tu me grignotte sournoisement

Sale crabe

Lentement, méthodiquement

Tu as tout ton temps

Tu veux me manger, absolument

Sale crabe

 

Mais ! Je suis plus forte que toi

Sale crabe

Mon corps te dictera sa loi

Bientôt c'est toi qui aura froid

Toi aussi tu connaîtras l'effroi

Sale crabe

 

Jamais tu ne m'auras

Sale crabe

Sache-le une bonne fois

Mon corps est à moi !

Je te renvoie, fiche le camps

Sale crabe

 

Tu es seul en moi

Sale crabe

J'ai des millions d'amis auprès de moi

Qui te combattrons, hors la loi

Tu ne gagneras pas ce tournois

Sale crabe

Chacun chez soi !

Posté par annaick56 à 17:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

LES YEUX DE YACINE

Dans les yeux de Yacine

L'Afrique se dessine

Sous la chaleur assassine

Du soleil aux lueurs mutines

 

Le baobab majestueux

Offre une fraîcheur à l'aventureux

De la savane broussailleuse

Ici l'eau est rare et précieuse

 

la terre rouge comme le feu

Recouvre tout d'un linceul poussiéreux

Et semble dire "attention aux yeux"

Je saurai vous rendre malheureux

 

Mais dans les yeux de Yacine

Aucune humeur chagrine

Une petite lueur coquine

Un clin d'oeil à misère sa voisine

Posté par annaick56 à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 12 juillet 2017

APPARITION

Un après-midi ensoleillé il est apparu

Situation un peu incongrue

Il est accompagné d'une cinconnue

La scène paraît ambigüe

 

Ses grands yeux bleus azurs

Invitent à l'aventure

Otant sans attendre sa douce armure

Elle s'offre à lui sans plus de censure

 

Il est beau le prince charmant

Devenu ensuite son amant

La belle se pâme à son bras fièrement

Lui parlant d'amour en quelques chuchotements

 

Il doit alors abandonner ses conquêtes

Offrant tout son amour à la princesse secrète

Piqué en plein coeur d'une fléchette

Ne se lassant de cet intime tête à tête

 

Il est fièr le beau prince amoureux

Cela le rend parfois fiévreux

Tant la belle le rend heureux

L'invitant à se blottir en son sein chaleureux

 

Belle apparition un après-midi ensoleillé

Ils s'aiment en toute simplicité

Telle est donc la destinée

De ces amoureux à jamais enlacés

Posté par annaick56 à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,